Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)






ode : Un petit coup de main svp !!![Lien]
MangakaDine : Salut Hylst, je sais que tu traines encore un peu par ici alors je te file le lien d'un article commun qui a pour but de virer les spams sur Joueb, viens participer! [Lien]
Gamin : Hello Hylst, un p'tit tag pour toi [Lien]
Vendredi : Des bises, cher Hylst. :-)
LiliLou : diner jouebbien?
Hylst : c'eût été avec grand plaisir, mais la période et la distance avec Paris ne rend hélas pas la chose aisée.
ode : salut ;)
ode : tu menque dans le coin...
:(
Hylst : Merci, oui, le temps me manquent, des priorités qui changent également, mais... je suis de nouveau un peu plus que de passage :o)
ode : cool ;)
PierreDesiles : Bonne année 2012 ! Beaucoup de bonheur !
@+
Hylst : Coucou ! Me revoilà de passage en 2014 pour animer un peu ce joueb =)

Désolé de n'avoir pas réagi de suite Ode, Mangakadine, Pierre, Lililou.


Dimanche (19/06/05)
Karen's touch

Pour votre plaisir, les graphs de Karen, une charmante amie qui bientôt devrait reprendre le dessin et la peinture pour pouvoir nous en proposer d'autres peut être... même si elle n'est peut être pas encore au courant, mais... juste une question de temps pour la convaincre =D
N'est ce pas Karen ? ;o)

Ecrit par Hylst, a 19:27 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 2 commentaires)


Lundi (06/06/05)
Souvenir

C'est l'histoire d'une petite fille un peu tristounette et surtout mélancolique qui ne savait pas quoi faire de sa soirée. Elle avait bien pensé à faire de jolis dessins, ou encore écrire des poèmes à son amoureux. Mais le fait est qu'elle voulait rencontrer une personne, pour de vrai, pour de faux, cela n'a pas d'importance. Ce qui compte c'est le souvenir, souvenir d'un temps révolu et sombre. Certes il y avait des sourires, des coeurs qui se touchaient, des pleurs sur des épaules invisibles mais toujours présentes...mais tout cela c'est du passé. Maintenant la petite fille joue, insouciante, peut-être préfère t'elle oublié cette triste époque, mais elle n'oublie pas ceux qui étaient là pour reveiller le bonheur dans son âme d'enfant blessé, il faut croire... Tant de choses qui paraissent stupides et volages pour les adultes tellement immenses et durs comme le bois. Et pourtant...

Alors la fillette laisse un petit mot, pour dire qu'elle n'oublie pas et que de toute manières elle ne le peux pas...même si elle aurai aimé oublié certaines parties de son passé qui ressurgit parfois, car la blessure n'est pas refermée et ne le sera pas tant qu'il y aura ces gens autour d'elle, ceux qui l'ont blessé et qui maintenant disent vouloir l'aimer et qui ne sont que des egoistes, et elle ne le pourra jamais.

"je marche contre le vent
je me bat contre le temps
malgré mon coeur d'enfant
je m'accroche à chaque instant"
je ne sais malheureusement pas de qui

Bonne soirée et belle vie à toi Geoff

Indrae

Ecrit par indrae, a 21:09 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Vendredi (08/04/05)
Un petit coup de constitution Européenne ?
Hello, je viens de tomber sur ceci sur le blog d'un copain. J'ai toujours trouvé que l'Europe était une idée formidable (je suis d'ailleurs Allemand d'origine) mais là, un vieux doute m'assaille...
Ecrit par Zen, a 08:19 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 19 commentaires)


Mercredi (16/03/05)
Tu sais que tu vis en l'an 2005 quand

Ce mail se diffuse pas mal ses derniers temps, il m'a bien plu, je vous en fait par directement =D

Tu sais que tu vis en l'an 2005 quand :

1. Par accident, tu tapes ton mot de passe sur le micro-onde

2. Ça  fait des années que t'as pas joué au solitaire avec des vraies  cartes

3. T'as une liste de 15 numéros de téléphone pour joindre  une famille composée de 3 personnes

4. T'envoies un mail à ton collègue de bureau juste à côté du tien

5. T'as perdu le contact avec tes amis ou ta famille, parce qu'ils  n'ont pas d'adresse e-mail

6. T'arrives chez toi après une longue journée de travail et tu réponds  au téléphone comme si tu  étais encore au bureau

7. Tu fais le zéro sur ton téléphone du domicile pour prendre la ligne

8. T'es à ton poste de travail depuis 4 ans mais t'as  travaillé pour 3 entreprises différentes

10. Toutes les pubs télé  ont une adresse web en bas de l'écran

11. Tu paniques si tu sors de  chez toi sans portable et tu fais demi-tour pour le prendre

12. Tu te lèves le matin et la première chose que tu fais c'est de te  connecter à internet avant même de prendre ton café

13. Tu inclines ta tête sur le côté pour sourire

14. T'es en train de lire ce texte et tu acquiesces et souris

15.  Encore pire, tu sais déjà à qui tu vas renvoyer ce message.

16.  T'es trop occupé pour t'apercevoir qu'il n'y a pas de numéro 9 dans  cette liste

17. A l'instant, tu parcours le message pour vérifier  qu'il n'y avait pas de numéro 9 dans la liste.

ET MAINTENANT TU RIGOLES. Allez, renvoie ceci à tes amis. t'en meurs  d'envie!!

Ecrit par Hylst, a 12:18 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 26 commentaires)


A lire lentement..............

1. Il y a au moins 5 personnes dans ce monde qui t'aiment au Point de mourir pour toi.
2. Il y a au moins 15 personnes qui t'aiment d'une certaine Manière.
3. La seule raison pour laquelle une personne te déteste, c'est parce qu'elle veut être
comme toi.
4. Un sourire de toi apporte de la joie à quelqu'un
même s'il ne t'aime pas.
5. Toutes les nuits, quelqu'un pense à toi avant d'aller se
coucher.
6. Tu représentes le monde pour quelqu'un.
7. Si ce n'était pas pour toi,quelqu'un ne
pourrait pas vivre.
8. Tu es Spécial et Unique
9. Quelqu'un dont tu ignores l'existence t'aime.
10. Quand tu fais la plus grosse bêtise,quelque chose de bien provient de celle-ci.
11. Quand tu penses que le monde te tourne le dos, regarde bien: c'est surtout toi qui tourne le dos au monde!!!!
12. Quand tu penses que tu n'as pas de chance quand tu n'as pas ce que tu veux, tu ne l'auras probablement pas. Si tu crois en toi, probablement, tôt ou tard, tu
l'auras.
13. Souviens-toi toujours des compliments que tu reçois. Oublie les remarques méchantes.
14. Dis toujours aux gens ce que tu ressens à propos d'eux, tu te sentiras mieux quand ils le sauront.
15. Personne ne mérite tes larmes et tes pleurs, et celui qui le mérite vraiment ne te fera jamais pleurer.
16. Si tu as un meilleur ami, prends le temps de lui dire ce qu'il représente pour toi.

Ecrit par nadine01, a 00:12 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 3 commentaires)


Mercredi (16/02/05)
Il y a des jours comme ça...
Bon voila, premier, peut être derneir message, qui sait ? MAis une envie de aprler. Après une saint valentin merdique (comme tous les ans) pour cause de rleoutage par tout ce segns qui courent ave cleur rose a qui mieu mieu l'offrira et saura draguer la plus belle fille, pour cause d'impossibilité de voir la seule file qui compte variment a mes yeux, pour cause de parenst chiants aussi. Mais bon le derneir point ma foi... bref passons. donc après une journée passée en désespoir devant le spectacle de nos chers semblables (et de moi-même, pour des raisons qui ne vous regardent pas :) voila qu'une idée saugrenue me vient ! Et si j'alalis manifester contre ce projet de loi, projet qui vise à laminer complètement notre système éducatif, système éducatif qui n'en déplaise aux pink floyd pour qui l'éducation n'ets aps nécessaire, je trouve fort nécessaire, non pas pour "devenir intelligent" mais simpelment pour offrir uen chance à tous, quel que soit sa couleur, sa situation sociale etc... Et que vois-je dans la rue ? Des fashions, des rastas, des metalleux, des vieux (nos profs! ), des noirs, des blancs, des beurs, des jaunes, des rasés, des chevelus, qui tous en choeur reprenne les slogans, qui tous partagent des valeurs fortes et surtout belles : celles de l'égalité, de la solidarité et aussi de la festivité. Car aucune haine, esprit bon enfant au rendez vous, tous là pour faire du bruit, pour vibrer ensemble, pour défendre nos idées à force de cris, de sauts, de chansons, de rires... peut être qu'effectivement la mobilisation n'évitera aps le projet d eloi, mais en tout ce que j'ai vu moi, c'est cette formidable unité, ce formidable engouement collectif, et cette fois pas pour du sport ou d ela musique mais pour NOUS tous, pour ceux qui passeront le Bac après nous. Alors à tous les jeunes, à tous les vieux, je dis à bientôt au détour d'une rue, entre une banderolle et une chaîne d'écervelés en train de gueuler pour préserver nos idéaux et ce qui nous semble juste !
Ecrit par reyan, a 00:52 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 8 commentaires)


Vendredi (24/12/04)
L'art de raconter n'importe quoi...

Διογένης καί Κλεοπάτρα (Diogène et Cléopâtre) Jérémie J.M.

Prologue :

fin juillet 2186

Ce regroupement de cabanes était l’un des rares oasis humains que l’on trouvait encore dans la jungle. Cette taverne en était le centre. Elle tenait lieu d’église, de casino et d’abreuvoir. Il poussa la porte et entra. Il revenait visiblement d’un long voyage. C’est bien ce à quoi l’on pouvait s’attendre de la part d’un homme que l’on nommait « Ness Le Chien errant ».

Les habitués délaissèrent leurs cartes et le saluèrent en levant leur verre à sa santé, il leur rendit leur salut d’un sourire un peu forcé puis se dirigea vers le comptoir. Jack, le patron, s’approcha de lui et devina à son visage fourbu et à son torse éraflé par les ronces, une soif d’alcool fort, très fort, un de ces désinfectants que les bons taverniers conservent toujours dans leur caves en mettant un rat dans chaque tonneaux, pour corser le bouquet.

« Voila pour toi, Le Chien, de l’alcool de Palomito, j’ai pas plus fort dans ma réserve. J’espère qu’après çà tu nous raconteras cette dernière ballade… Et Le Lièvre qui fume la pipe, il est plus avec toi ?

−Le Lièvre n’en reviendra pas, Jack » répondit l’assoiffé avant de vider son verre d’une gorgée et d’en demander un autre.

Il avait toujours eut tendance à boire plus que raison, surtout dans ces circonstances.
Le Lièvre qui fume la pipe était son meilleur ami, un compagnon de route hors pair, on l’appelait ainsi car il parlait toujours posément et pesait chacune de ses décisions avec attention. Mais maintenant Le Lièvre reposé dans la jungle. De toute façon ceux qui ne meurent pas à la taverne meurent en dehors et dehors il n’y a que la jungle.

~ ~ ~

I : Début juillet 2186

Du haut de sa tour particulière, Morgan Cléopâtre regardait l’immense ville qui s’étalait à ses pieds. Face au grondement de la citée, à ses vapeurs et à ses mouvements brusques, la hauteur de ce belvédère privé, le calme de cette altitude, donnait l’impression d’observer le monde des hommes depuis une autre planète.
Une véritable tour d’ivoire. Ici, elle pouvait réfléchir en toute sérénité, penser à son avenir. Elle était fraîchement diplômée de l’EcoEco (école économique). Demain, le cinq juillet, elle prendrait le jet extra-atmosphérique de son père en compagnie de Benjamin. Une fois à New-Paris, son père, le secrétaire à l’économie mondiale et roi d’Europe, leur donnerait sa bénédiction. Le mariage serait retransmis sur toutes les ondes pour faire rêver les ouvriers des usines à énergie protonique.
Elle n’éprouvait aucun sentiment particulier pour Benjamin, mais ils avaient été promis l’un à l’autre dès leur enfance et jamais elle n’avait remis en cause cette union. Pour elle, l’amour n’était qu’un idéal permettant de maintenir tranquille les masses laborieuses. En attendant New-York lui semblait bien ennuyeuse, si la ville était encore dans les ensembles comptants le plus d’étudiants, mais les zones agréables à l’œil se faisaient de plus en plus rare. La main d’œuvre sous-payée salissait les espaces urbains pour y élever des barres d’immeubles sur des fondations d’immondices. Ces grosses boites de rangement se hérissaient par la suite d’antennes et de paraboles qui procuraient des illusions de masse à une masse qui n’avait plus d’illusions à se faire. Les téléviseurs 3d assaillaient ces pauvres sacs de neurones affalés sur leur canapé. Le sentiment de lassitude qui étouffait la ville avait poussé les familles les plus aisées à déserter New-York. Les universités suivraient bientôt en entraînant leurs étudiants. Alors la ville ne serait plus qu’une masse informe d’usines.

Un tas de travailleurs fatigués ne croyant plus qu’à la pause déjeuné et à la sonnerie de fin de journée, mais haïssant par-dessus tout la sonnerie de leur radio-réveil. Morgan Cléopâtre ne comprenait pas le train de vie des ouvriers, si dans son milieu la famille était l’association de personnes la plus importante, la plus lucrative, eux ne semblaient voir que des collègues, colocataires, ou autres copains. Si l’argent et le pouvoir de son père lui conférait une liberté quasi-totale, les pauvres étaient surveillés, espionnés et contrôlés jusque dans les goûts pseudo-artistiques que leur imposaient les producteurs télé. Si elle, elle pouvait aller à loisir de New-York à New-Paris par extra-atmosphérique, eux, ils devaient subir tous les matins les bousculades dans le métro ou les embouteillages des grandes villes, et de même chaque soir pour revenir de leur boulot si mal payé.

La princesse laissait ses pensées errer dans le vague comme son regard divaguait dans l’air. Puis ses yeux se posèrent sur un automobiliste réfractaire aux parkings payants, et qu’un représentant de l’ordre calmait à coup de matraque. La vue de cet homme assommé lui fit prendre consciences qu’elle était elle-même assommée de fatigue. Le lendemain elle irait à New-Paris, puis marcherait jusqu’à l’autel. Avant de s’ouvrir sur une journée pareille, ses grands yeux noirs avaient besoin de sommeil. Arrivée à son lit elle laissa glisser son peignoir et défit son chignon. Ses cheveux sombres, libérés, coulaient sur ses épaules. Ses yeux et ses cheveux noirs contrastaient avec la blancheur de sa peau. Une peau si douce que les draps gémirent lorsqu’elle s’allongea sur le lit. Elle fit encore vibrer l’oreiller en le caressant de sa joue. Puis elle s’assoupit, et toute la nuit, le coussin fortuné vibra sous son souffle régulier.

II : début juillet 2186,

le lendemain Dès que l’appareil eut quitté l’atmosphère terrestre et commencé son vol libéré de toute pression, Morgan délaissa Benjamin, qui suivait l’évolution des cours boursiers sur la chaîne spécialisée, et alla s’installer dans le cockpit. Elle avait toujours préféré la vue panoramique qu’offrait la position à la tête de l’appareil, plutôt que les piètres coups d’œil que permettaient les petites lucarnes qui servait de hublots aux engins extra-atmosphériques.

Assise à côté du pilote, elle parvenait à reconnaître les grandes cités qui s’étendaient à la surface de la Terre. Et, autour des îlots gris qui étaient des Mégalopoles, tout ces espaces en friches. Quelle jungle çà devait être !

« Que de logements et d’usines il nous faudra bâtir avant d’annihiler cette forêt exubérante, dit-elle au pilote.

−De toute façon, répondit celui-ci, maintenant que nous savons recréer du dioxygène sans recourir à la photosynthèse des végétaux, cette verdure ne nous sert plus à rien et personne ne s’opposera à sa conversion en espace rentable. Sauf peut-être les baroudeurs, si on détruit leur milieu de vie ils vont vite devenir une espèce menacée.

−Les baroudeurs, qui sont-ils ? interrogea la princesse.

−Les rescapés de l’urbanisation, ils ont refusés de quitter leur terre quand on a décrété l’obligation de venir vivre en ville. Expliqua le pilote. Maintenant leurs terres ont étés envahis par la friche, alors certains ont put se regroupés dans des espèces de campements où ils parviennent à cultiver de quoi survivre, le reste du temps ils boivent le produit de tous ce qui peut être distiller dans des bistrots insalubres.

−Et ceux qui ont aussi refusé l’urbanisation mais n’ont pas put se joindre à ceux-là ? demanda la princesse. Qu’est-il advenu d’eux ?

−Rassurez-vous ils ne sont pas mort de faim, continua l’homme de barre, mais ils sont revenus à l’état sauvage. Des hordes indigènes vivant de chasse et de racines.

−Dire qu’on nous enseigne qu’il s’agit d’espace vide d’homme… Des baroudeurs, des tribus à l’état de nature… énonça la diplômée de l’EcoEco

−Dites plutôt des alcooliques et des meutes d’animaux. Et puis, si on considère cette forêt comme inhabitée c’est qu’on ne veut pas avoir de remord quand on la détruit. Et puis quoi ! L’obligation de vivre en milieu urbain n’a-t-elle pas été décrétée dans le but d’alimenter les usines protoniques en main d’œuvre ! C’est grâce à une telle législation que, encore aujourd’hui, nous pouvons produire suffisamment d’énergie pour continuer nôtre développement. Alors qui oserait critiquer cette décision excepté ces quelques sous-évolués de la jungle ?»

Morgan réalisa alors la précarité de tout ce qu’on lui avait jusqu’alors appris, mais dans quelle mesure pouvait-elle prendre les dires de ce chauffeur pour argent comptant. De toute façon cela lui importait peu que des personnes vivent dans cette jungle qui embrassait la Terre d’un vert profond. Un vert d’espoir dont les yeux de la princesse ne parvenait plus à se détacher.
Soudain le tableau de bord s’illumina de dizaines de boutons luminescents. Dans le même temps l’ordinateur de bord entonnait une sorte mélodie désespérée en morse, sur l’écran clignotaient par dessus un fond jaune quelques mots que la princesse n’osa pas prononcer, ce que le pilote fit sur un ton plutôt calme.

« CARBURANT : NIVEAU CRITIQUE. C’est un incident technique, mademoiselle. Procédure d’urgence. Nous allons devoir redescendre et nous poser là où ce sera possible. Mettez-vous en sécurité. Rejoignez vôtre futur dans la partie passager et bouclez bien vos ceintures.

Acheva-il en reprenant les commandes en manuel. Puis, devant la mine déboussolée de sa passagère, il ajouta d’un trait :

Allez-y faites ce que je vous dit, çà va remuer mais c’est pas le train fantôme ici ! »

Ce qui eut le mérite de la faire réagir et quitter le poste de pilotage.
Elle ne reprit vraiment ses esprits que quelques minutes plus tard. Benjamin se trouvait à ses côtés. Ils étaient étroitement attachés à leur siège d’atterrissage. La ceinture trop serrée lui compressait fortement le ventre. A sa droite, Benjamin tremblait de tous ses membres depuis que les alarmes et les voyants de détresse étaient entrés en fonctionnement. Cléopâtre guettait les événements par son hublot. Comme le pilote l’avait dit, il faisait descendre son appareil.
L’engin achevait son retour dans l’atmosphère avec des tremblements inquiétants. Ils continuaient de perdre de l’altitude. Le sol se rapprochait à une vitesse angoissante, jamais elle n’avait vue des arbres d’aussi près. La voix du pilote se fit entendre dans la sono, le ton était maintenant plus que sinistre.

« Bien que nous survolions la jungle nous sommes obligés d’atterrir, sinon les réservoirs seront bientôt à sec et le jet tombera comme une pastèque. Cramponné vous et bonne chance à vous deux ! Lâcha-t-il encore avant d’ajouter pour lui-même mais sans avoir couper la transmission : et maintenant on va bien voir si je suis foutu de poser cette putain de carlingue en catastrophe ! »
L’aéronaute reprit sa descente de plus belle. Morgan Cléopâtre eut encore le temps de voir la cime des arbres se rapprocher jusqu’à frôler l’aéronef, puis…

III : Début juillet 2186,

le lendemain et les jours suivants Cléopâtre fut éveillée par un baisé sur les lèvres. Elle ouvrit les yeux. Il s’agissait d’un ouistiti. Le mouvement de recul qui s’ensuivit de ce premier contact avec la forêt sauvage fit peur au petit animal, lequel s’enfuit sous un fauteuil de l’appareil. La jeune femme détacha la ceinture qui lui comprimait encore l’abdomen, respira à fond, puis perçut le souffle régulier de Benjamin à sa droite, elle le réveilla d’une secousse à l’épaule.
« Où sommes nous ? questionna-t-il en un sursaut.

−Nous sommes dans l’épave de l’extra-athmosphérique.

−Et çà, c’est normal ? s’enquit-il en désigna le ouistiti.

Le petit singe s’était maintenant installé sur le fauteuil et faisait des grimaces dans leur direction. Il ressemblait à un patron arborant un sourire méprisant à des employés renvoyés.
−Nous sommes dans la jungle » déclara Morgan comme si elle essayait de s’en convaincre elle même.

En effet selon toute probabilité l’extra-atmosphérique s’était crashé dans la forêt luxuriante, de plus la présence d’un primate ne laissait aucun doute permit. La tôle de l’appareil s’était cabossée et déchirée. De nombreuses ouvertures laissaient voir les arbres exubérants autour de ce qui n’était plus qu’une épave perdu au milieu de nulle part. Par chance, Morgan était intacte et son compagnon souffrait seulement de quelques contusions. Il fallait maintenant aller voir le cockpit, le pilote, la balise de détresse. Mais il ne restait rien de la tête de l’avion, le cockpit était venu finir sa course sur un arbre au tronc énorme. La cabine de pilotage tenait désormais sur 50 centimètres d’épaisseur. Nul homme n’aurait put survivre à un pareil choc, quant à une éventuelle balise de détresse, il ne fallait pas y compter.

« Mais tu es une fille importante, avait dit Benjamin, on va te chercher, déployer des moyens logistique pour nous retrouver et nous ramener chez nous ! »

Elle avait dût lui faire admettre qu’aucun satellite, aucun laser, aucune technique ne pourrait détecter leur présence sous les arbres. Lui faire comprendre que le seul moyen pour eux de se faire remarquer était d’allumer un feu, mais ils ne pouvaient pas prendre le risque d’allumer un feu qu’ils seraient incapable de contrôler en raison de la végétation omniprésente. Bref, lui faire comprendre qu’ils ne pouvaient compter que sur eux même. Une fois que Benjamin eut admis l’évidence, elle lui répéta ce que le pilote lui avait expliqué, qu’il y avait des campements humains un peu partout dans la jungle, que leur seule chance de salut était de rejoindre l’un d’entre eux. Ils prirent le maximum de vivres qu’ils le pouvaient puis se mirent en route. Leur progression était lente et approximative. Ils étaient habitués aux grandes artères, aux plans en échiquier des grandes villes, et les voila coincés entres des arbres immenses et des fougères touffues. Ils dormaient peu, perchés dans de petits arbres. Benjamin était déjà entré plusieurs fois en crise de panique en entendant des mouvements dans les arbres environnants, par chance, ils n’avait pour l’instant rencontré que des animaux ne présentant aucun danger pour l’homme ou ayant déjà rassasié leur faim auparavant. Morgan aurait aimé que Benjamin prenne des décisions, des responsabilités, mais pour l’instant ils se contentaient de marcher à pas feutrés, et c’est elle qui prenait les rares initiatives qui rythmaient leurs déplacements.

Deux jours plus tard ils avaient presque terminé leur réserve de vivres. Ce soir là, un sac de victuailles mal refermé avait attiré près d’eux un bon nombre d’animaux. Ce fût un tigre qui se présenta devant eux le premier, il paraissait affamé et les regardait bien en face. Sous l’effet de la peur, Benjamin avait les genoux qui tremblaient, tandis que Morgan était pétrifiée et ne parvenait plus à respirer. Tout à coup le garçon poussa un hurlement et se jeta au sol. Ce crie amena le félin à entrer en action, il se précipita vers eux. En quelques foulées l’animal était parvenu à trois mètres de ses proies. Il se préparait à bondir quand une détonation secoua l’air. Le fauve s’écroula. L’homme qui sortit des fourrés le fusil à l’épaule après la chute du tigre se présenta sous le nom de Doug Le Caféier. L’individu était vêtu d’un épais vêtement de laine et transportait avec lui un stock de peau de bêtes. Il tenait certainement son surnom de sa haute stature et de sa capacité à rester planté debout dans la jungle, l’arme prête à faire feu, et ce durant des heures. Dès qu’il eut récupéré la peau du tigre et éloigné les fauves attirés par le sang de la charogne, il se retourna vers Morgan et Benjamin et leur dit qu’il les amènerait au campement le plus proche. Là, une fois dans la taverne, il pourrait chercher une personne susceptible de les escorter jusqu’à la ville la plus proche.

IV : Mi-juillet 2186

Quelques jours plus tard, alors que la nuit tombait, ils arrivèrent au campement appelé l’Ilot Ethylique. La construction principale en était la taverne du « Fût Percé ». Le bâtiment était imposant par rapport aux cabanes insalubres qui l’entouraient. L’architecture de ce centre de village était aussi fort surprenante, des poutres épaisses soutenaient les longs troncs recourbés qui faisaient office de toit. L’ensemble rappelait vaguement un bateau à fond plat retourné. Ils suivirent Doug et passèrent les portes de style saloon qui marquaient l’entrée. Avant de s’installer à une table du fond pour négocier les fourrures qu’il avait ramené, Le Caféier leur conseilla de s’approcher du bar afin de quérir les renseignements qui leur seraient utiles. Le comptoir était comme un récif, de nombreuses épaves s’y étaient échouées, puis étaient ensuite restées amarré à un verre d’alcool. Sur l’océan de tables flottaient des nappes de joueurs, de commerçants, des rires, des pleurs et des pointes de bagarres. Le tout étant découpé par des vagues régulières d’alcools forts, lesquelles dégageaient des relents acariâtres qui offensaient les gorges des visiteurs. L’écume d’une fumée âcre et qui piquait les yeux laissait tout un coin de l’immense salle dans la brume. Morgan se demandait ce que l’on pouvait bien fumer dans un endroit pareil pour produire un tel brouillard, et dire que les autorités avaient depuis longtemps prohibé la consommation d’alcool ! La jungle ressemblait à une anarchie des plus complète au regard des villes, elle se demandait comment une société ne reconnaissant aucune autorité pouvait subsister depuis tant d’années, surtout en tenant tête à une nature aussi peu accommodante. Lorsqu’il arrivèrent auprès du bar, Benjamin interpella le barman : « Garçon, Garçon s’il vous plaît ! L’homme qui s’approcha d’eux était chauve. Son ton autoritaire était en partie dût à un surplus de boisson.

−Je suis Jack Le Hollandais, le patron de cet établissement. N’oublie jamais çà petit ! Qu’est-ce que je vous sers ?

−Eh bien, reprit Benjamin quelque peu désarçonné, donnez nous quelque chose de simple, du jus de fruit par exemple.

−Du jus de fruit ! J’ai pas çà en stock, mais buvez donc ceci. » Acheva le tavernier en déposant un verre devant chacun d’eux.

Le liquide était pâle et tiède. Ils le portèrent à leur bouche. Morgan eut du mal à retrouver son souffle après avoir ingurgité un tel breuvage. Quant à Benjamin, il recracha le tout sur le zinc :

« Rrra, c’est fort ! −Fort ? Répéta Jack, c’est la boisson des marmots, la traite de ce matin avec du distilla de grain, lait de chèvre et vodka en gros, si vous trouvez çà fort allez vous tirez de l’eau au puis ! A droite en sortant !

−A vrai dire nous ne somme pas vraiment ici pour boire, contra Morgan Cléopâtre, nous sommes citadins et…

−Çà merci, j’avais remarqué ! Coupa Jack, et vous cherchez un guide pour vous mener jusqu’à New-Janeiro, c’est bien çà ?

−C’est bien çà, approuva Morgan, alors nous sommes proches de New-Janeiro ?

−Simplement quelques centaines de kilomètres, poursuivit le Hollandais, mais la jungle est très dangereuse, si vous cherchez un accompagnateur chevronné adressez-vous à Ness Le Chien errant, vous voyez c’est le gars qui joue aux cartes à la table là bas, avec la peau de lion sur les épaules. Portez lui çà, ajouta t-il en leur présentant une bouteille intitulée « canne à sucre », ainsi il vous accueillera tout sourire.

−Nous vous remercions, déclara Benjamin, combien nous devons vous ?

−Comme je ne vous ai pas servit grand-chose et que de toute façon vous n’avez rien à troquer, je me contenterais de vôtre respect, petit. Bonne chance » conclut Jack le Hollandais.

Morgan et Benjamin s’approchèrent de la table où se trouvait Ness. Celui qu’on appelait Le Chien errant était en fait un jeune homme aux yeux clairs. Ses vêtements affinés par l’usage étaient recouverts d’une peau de lion. La tête de celui-ci lui servait de couvre-chef si bien que ses cheveux bruns se confondaient avec la crinière du fauve. Un fusil était posé en appuis contre sa chaise et, quelque peu dissimulé sous la fourrure, on devinait qu’il portait une cartouchière de cuir. Il tenait ses cartes avec distraction mais observait attentivement chacun de ses adversaires. Il était évident qu’ils jouaient au poker. Une cage d’osier contenant un perroquet multicolore semblait être l’enjeu de la partie.

« Monsieur Ness ? interrogea Benjamin.

−Ness tout court, rectifia l’homme, qu’est-ce que vous voulez ?

−Juste vous parler, répondit l’importun. Mais son interlocuteur ne daigna pas détourner les yeux de son vis-à-vis.

−J’espère que c’est important, dans tous les cas vous attendrez la fin de cette partie !

−Nous avons ceci pour vous, intervint Morgan en déposant la bouteille que leur avait donnée Jack devant l’homme à la crinière, c’est de la part du patron.

−Le Hollandais aurait-il renouvelé son stock de serveuses ? demanda le joueur de cartes après avoir daigné regarder son interlocutrice, merci pour le rhum, continua t-il après quelques gorgées, je vous verrez juste après cette mène, sans faute. »

Ness termina la mène en question sur un échec, puis il s’excusa quelques instants auprès de ses compagnons de jeux, le temps d’avoir une petite conversation avec les nouveaux venus. Il s’attaqua alors avec plus d’entrain à la bouteille d’alcool de canne à sucre pendant que les rescapés de l’extra-athmoshérique lui expliquaient ce qu’ils attendaient de lui.
Il écouta la proposition avec indifférence mais l’accepta cependant :

« c’est d’accord pour la petite promenade, mais pas de récompense, disons plutôt que vous m’offrirez quelque chose de chouette quand on sera arrivé, de nouvelles grolles par exemple. Bon, on va attendre un ami qui nous accompagnera, il ne devrait pas tarder à rappliquer. Moi je vais finir ma partie, quant à vous asseyez vous quelque part et buvez un coup. »

Pour sa part il avait fini la bouteille qu’on lui avait placé entre les mains. Ness retourna à sa table de jeu tandis que les deux citadins s’installaient dans son voisinage. Morgan se demandait si un chien errant était un guide idéal, mais de toute façon ce lieu lui était si peu familier, aucune lois et aucune bienséance, une assemblée de trappeurs alcooliques passant leur temps à jouer des perroquets au poker. Cette partie du monde semblait ignorée de toute harmonie, c’était un désordre incohérent où le troc de peau de bêtes s’emmêlait avec la fumée de cigarettes très particulières. Un adolescent circulait entre les tables et proposait des pilules en échange de fourrures de qualité. Ces pastilles ne faisaient certes pas partie de traitements thérapeutiques. Quelque peu dissimulés par le comptoir, deux enfants faisaient la plonge en vidant les fonds de verres. A droite de l’entrée, un groupe d’une vingtaine de personnes rapprochèrent plusieurs tables et commandèrent une tournée. Après leur sixième tournée, l’un d’entre eux grimpa sur la table tandis que ses camarades frappaient dans leurs mains. Le polichinelle entama alors une danse grotesque avant de se mettre à chanter d’une voix trop rauque.

Ø (La petite entracte de l’auteur) :

2186, le tube de l’année
Dans les bras de la fée verte Interprété par : The histrion’s band

Je rêvais d'une femme
Qui ne serait qu'amour.
Je rêvais d'une flamme
Qui durerai toujours.

A sa recherche
j'ai fouillé la Terre,
Arpenté les chemins,
parcouru les ondes.

A sa recherche
j'ai renversé le monde,
Et je la retrouve ici,
dans ce verre.

Absinthe! Absinthe!
Et s'envole ma vie désespérée.
C'est une bien piètre perte
Puisque je recommence à rêver,
Dans les bras de la Fée verte
Tu m’as tenu par la main jusque dans le ciel.
Je ne me souviens plus ce qui est réel. Irréel?
De ce corps si malsain, la volupté me débarrasse.
Nos regards embrassent le monde, et tendrement, je t'embrasse.
Je rêvais de cette femme Et de son monde enchanté Construit par mes fantasmes. J'aurai voulu tout garder. Effets de l'Absinthe! Que n'êtes vous éternels? Mon bonheur touche à sa fin! Forcé de quitter ma belle Je reviens à ma vie de chien. Jusqu'à demain, Car dès demain... Je me saoulerais pour venir te retrouver, Je te le promets. Je nous le promets. Mon Rêve, mon Amour. Ma Femme, ma Fée. Ma Chérie. Tous les deux, nous partirons au pays sans soucis.

V : Mi-juillet 2186,

le même soir, une heure plus tard

Finalement, après plus d’une heure de jeu acharné, Ness remporta le perroquet, il prenait la cage quand un vaincu trop soiffard se leva, prit une bouteille par le goulot et la cassa sur le bord de la table. Ness sortit un couteau d’une de ses poches arrière et le lança.
La lame se planta dans le bois de la table, juste devant son vis-à-vis :
« si tu veut vraiment te battre contre moi tu aura besoin d’une arme véritable » lança Le Chien errant.
Les deux combattants se regardèrent dans les yeux, puis éclatèrent simultanément de rire. « Çà alors L’Embrouille, dit Ness, tu m’as encore eut. À toujours faire des blagues pareilles tu finiras par te faire buter, souvient toi de ce que je vient de te dire. »

Quelques secondes plus tard les deux hommes trinquaient ensemble.
Après avoir porté un toast à l’avenir, Ness défit le fil de fer qui maintenait l’osier.
La cage s’ouvrit et laissa échapper l’oiseau. Une si longue partie pour le plaisir de libérer un perroquet ! Le volatile voleta de parts et d’autres la salle avant de passer enfin sous la poutre qui marquait l’entrée de la taverne. Ce fut sous ce même passage que, quelques secondes plus tard se faufila une panthère. Un habitué l’aperçut et la regarda avec désintéressement. Le fauve observa l’intérieur capharnaümesque avec un petit grondement, puis le félin bondit sur la table la plus proche et rugit. Un homme dont-elle avait renversé le verre se saisit de son arme et abattit l’animal. Beaucoup de personnes parmi l’assistance ne cherchèrent même pas à savoir quelle était la cause de ce vacarme. Celui qui s’était rendu maître du bestiau désirait maintenant en récupérer la fourrure. Il dépeça l’animal à même le sol. Morgan Cléopâtre avait été marquée par cet incident et se sentait de moins en moins en sécurité, elle n’était vraiment pas à son aise coincée entre les baroudeurs et les fauves. Elle guettait encore l’entrée quand un individu poussa la porte à double battant.
L’homme était roux et paraissait moins de vingt-cinq ans, son visage encore emplit de tâche de rousseurs était encadré d’une barbe de deux semaines. La seule chose qui recouvrait son torse d’athlète était la bandoulière d’un fusil de chasse rafistolé à l’extrême. Il se dirigea vers le comptoir, déposa les quelques fourrures qu’il traînait derrière lui sur le zinc et s’adressa à Jack :

« Bonsoir maître des empoisonneurs, voila pour toi, donne moi ce que tu a de meilleur à fumer !
−Tient Bill, prends celle-là, on ne m’en a dit que du bien. »

L’autre accepta l’offre, porta le rouleau emplit d’herbe à ses lèvre et l’alluma. Pendant la duré de cette opération Ness s’était faufilé derrière l’homme et lui administra une bourrade amicale.

« Alors Le Lièvre, t’es venu chercher une carotte, dit le chien errant en désignant la petite tige incandescente qui pendait des lèvres de l’autre.

−Ness, vieux clébard, s’exclama celui-ci, qu’est-ce que tu fais là, tu bourlingues plus avec Léria, cette Furie ?

−Non, elle devenait incontrôlable. Pire que d’habitude ! Mais écoute moi j’ai une ballade à te proposer. »

Ness raconta à son acolyte l’histoire des rescapés de l’extra-atmoshérique et lui expliqua qu’il avait accepté d’escorter ces naufragés des temps hypermodernes jusqu’à New-Janeiro. Bill Le Lièvre qui fume la pipe accepta de lui prêter main-forte dans cette mission. Le Hollandais, qui les écoutait, versa trois verres et ils trinquèrent tout trois à cette nouvelle escapade. Puis les deux compères rejoignirent Morgan Cléopâtre et Benjamin à la table qu’on leur avait accordée.
Bill se présenta et déclara qu’il se joignait à eux pour l’aventure. Puis il remarqua que le chemin serait long et périlleux, ils partiraient tôt le lendemain et avaient tous besoin de dormir. Les chambres de la taverne du Hollandais étaient complètes, ou du moins c’est ce qu’il prétendait. On répartit les citadins chacun chez un baroudeur en tirant à pile où face. Morgan Cléopâtre irait dormir chez Bill Le Lièvre, tandis que Benjamin passerait la nuit chez Ness Le Chien. Les couples ainsi formés se séparèrent en se donnant rendez-vous tôt le lendemain devant la taverne. Morgan était contente que le sort ait choisit de la liée à Bill Le Lièvre, lequel paraissait plus courtois que Le Chien errant. Elle le suivit au travers des chemins qui serpentaient entre les masures qui composaient ce camp. Elle n’avait pas pensé que cet « Ilot éthylique » eut compté tant d’habitations. Ils en contournèrent une bonne vingtaine avant de longer une bâtisse esseulée au sein du groupement, de plus l’endroit était entouré d’une forte odeur de soufre. Bill expliqua qu’il s’agissait de la demeure de l’alchimiste local. Il fabriquait de la poudre pour les armes, des onguents médicinaux, des drogues douces et Dieu sait quoi encore. Le Lièvre logeait tout près de là, une cabane d’apparence simple, tellement simple en réalité qu’elle n’était pas meublée, juste un lit qui occupait tout un coin se l’unique pièce. Le matelas était fait de deux grands morceaux de tissus cousus ensembles et le tout fourré de plûmes.

« Je vous laisse le lit, avait déclaré Bill.

Et pour les toilettes ? demanda Morgan

Prenez un bout de chiffon et enfoncez vous un petit peu dans la forêt, répondit Le Lièvre avant de s’installer à même le sol.

Son fusil prêt à faire feu était posé à quelques centimètres de sa main droite.


VI : Mi-juillet 2186, le lendemain


Bien que le lit fût particulièrement inconfortable cela faisait longtemps que Morgan n’avait pas aussi bien dormit, même si Bill la réveilla fort tôt. Ils se tenaient devant la taverne avant même le levé du soleil et durent attendre un bon quart d’heure avant de voir arriver Benjamin accompagné de Ness. Le Chien errant avait maintenant un œil au beurre noir et une arcade sur ciliaire ouverte.

« Celui-là il se repose jamais ! Pour lui quoi qu’il en soit c’est tous les soirs la fiesta, et plus c’est le bordel mieux c’est ! » commenta Bill.

Les quatre personnes entrèrent enfin dans la taverne pour prendre leur casse-dalle matinal ainsi que des provisions pour les premiers jours de voyages. Les baroudeurs et les citadins s’installèrent à deux tables différentes. L’établissement était quasi désert et de nombreuses tables étaient renversées, une bagarre générale avait certainement eut lieu après leur départ, Morgan Cléopâtre aurait parié que Le Chien errant y avait été mêlé.

« Qu’est-ce qui est arrivé à Ness ? demanda-t-elle à Benjamin dès qu’il furent installés à leur table.

Quand on est arrivé dans ce qui lui sert de logement, il m’a installé une couche et puis il est ressortit en disant qu’il avait une revanche au lancé de couteaux à disputer. »
Mais Morgan ne prêtait plus attention à ce que lui disait Benjamin, elle écoutait ce que disaient Ness et Bill au Hollandais alors qu’il passaient leur commande, à quelques mètres de là.
« Alors Ness, disait Jack, tu t’es remis de la bagarre de cette nuit ?

Ouai sans problème par contre je vois que tu n’as pas fini de remettre la salle en ordre.

C’est vrai, je suis entrain mais j’au aussi dût m’occupé de Rembrandt, il est encore dans les vapes le pauvre.

Quand il se réveillera tu lui dira de ma part de ne plus parler de Léria La Furie devant moi !

−Mais nous croyions tous qu’entre vous c’était une histoire finie, s’étonna le Hollandais.

En effet. Mais raconter leur récente liaison devant moi, et avec les détails, c’était un tel manque de tact, déclara Le Chien errant. Enfin bref, tu nous serviras à tous un petit déj’, seulement pour les deux bourgeois là-bas, tu remplaceras l’alcool de grain par du petit lait, tu as toujours tes chèvres au moins ?

Oui, répondit Le Hollandais, il m’en reste six.

Parfait, reprit Ness, et puis tu nous prépareras des sacs de provisions pour cinq jours, merci Jack ».

Le Hollandais suivit les instructions du Chien errant à la lettre, ils furent servis avec beaucoup de tact, puis il remis ses tables en ordre. Quand ils eurent tous achevé leur repas et pris leur sacs, Bill réunit tout le monde pour un briefing d’avant départ. Le soleil s’élevé peu à peu dans le ciel, des consommateurs venaient prendre leur premiers verres tandis que d’autres s’éveillaient sous des tables.

« Bon, je vous résumes la situation, commença Bill Le Lièvre qui fume la pipe, nôtre destination est donc New-Janeiro, ce qui nous fait plus de 350 kilomètres à parcourir, comptons 12 heures de marche chaque jour à une allure de quatre bornes à l’heures dans la végétation. Donc 50 kilomètres par jours, çà nous donne sept jours de voyage en gros. Nous sommes donc partit pour passer une semaine dans la jungle. Ness et moi sommes armés en conséquence. Nous avons des réserves d’eau suffisante pour toute la randonnée, et quatre jours de nourriture. Ness et moi nous porterons les citernes tandis que vous vous chargerez des sacs de vivres. Maintenant une ou deux recommandations de sécurité : une fois dans la jungle nous marcherons en file indienne, moi et Ness nous alternerons, l’un en première position avec une machette et l’autre en dernière, chacun son tour. Si vous avez le moindre problème ou le moindre doute c’est à nous que vous en parlez. Pour le moment il n’y à aucune consigne de silence mais tachez de ne pas parler excessivement fort ! Maintenant le plus important, Ness et moi avons une grande expérience de ce milieu hostile, alors si on vous dit de faire quelque chose, faites le sans discuter. Je crois que c’est à peu près tout, bon si vous n’avez aucune question nous partons. » Termina Le Lièvre avant de leur faire signe de le suivre.
Ils sortirent tous de la taverne sauf Ness, lequel les rejoignit quelques instants plus tard.

« J’ai salué Le Hollandais de vôtre part à tous, il m’a donné ceci pour le voyage » déclara-t-il en sortant un couple de bouteilles de dessous sa peau de lion.


VII : Mi-juillet 2186,

quelques minutes plus tard


Depuis quelques minutes déjà, ils progressaient silencieusement dans la jungle. Ness tenait la tête du groupe, venaient ensuite Benjamin, Morgan et enfin Bill. Bien qu’ils se trouvaient encore à proximité du camp de l’Ilot éthylique, quelques fougères encombraient déjà le chemin. Morgan Cléopâtre fût la première à rompre le silence.

« Tout à l’heure vous nous avez demandé si nous avions des questions à vous poser, j’aurais voulu savoir par quels miracles vôtre monde peut subsister depuis tant d’années. Ne serait-ce que pour la nourriture.

C’est fort simple, répondit Ness, nous vivons principalement de chasse de pêche, plus un peu de cueillette, quelques petites cultures, une dizaine de bêtes d’élevage dans chaque camp. Pour ce qui est de la boisson, de l’eau claire.

Mais vous ne buvez pas que de l’eau, intervint Benjamin.

Les alcools sont le fruit des distillations que fait Le Hollandais dans son arrière-salle. Quant aux drogues douces, aux médicaments et à la poudre noire, chaque campement à son chimiste, leur savoir se transmet de père en fils.

A-propos de fils, que faîtes vous de vos enfants, vous leur donnez des coups de gourdin pour les éduquer quand vous êtes saoul, à moins que vous préfériez les dépecer.

Malheureusement, reprit Le Chien errant, les bourlingueurs sont obligés de se séparer de leurs enfants, ils sont élevés par les taverniers, ainsi ils ont un vrai chez eux où ils peuvent grandir et apprendre la vie. De plus nous cela nous permet de considérer chaque enfant comme nôtre propre enfant, et nous même comme des frères, on ne sait jamais. Mais vous, citadins que vous êtes, si j’en crois mes informateurs, vous agissez de même : vous payez à prix d’or des sociétés spécialisées et vous leur confiez vos gosses, puis vous les oubliez jusqu’à leur majorité, ce n’est qu’à ce moment là que vous les rappelez auprès de vous pour qu’il prennent vôtre suite dans les affaires.

Pas du tout ! s’offusqua Benjamin.

Non, c’est vrai, continua Ness, cela ne vaut que pour les rejetons des familles aisées. Pas d’éducation pour les enfants des classes ouvrières. Eux, c’est l’usine qui les attend dès qu’ils sont en âge de fournir un travail.

Mais… mais… bégaya le citadin.

Et pour les femmes ? coupa Morgan.

Nos femmes… répéta Ness avec un sourire en coin, vous les verrez rarement dans une taverne. La plupart du temps elles restent dans la jungle. Solitaires. Elles sont plus efficaces que nous pour ce qui est de trouver de l’eau, quant à se servir d’une arme, leur précision est impressionnante. Croyez-moi, les femmes sont certainement les animaux sauvages les plus dangereux de cette foutue jungle. Mais pour nous elles sont toujours des rencontres agréables. T’es d’accord avec moi Bill ?

Cent pour-cent d’accord ! Déclara Le Lièvre depuis sa position en queue de peloton.

Qu’est-ce que vous voulez dire ? interrogea Benjamin.

Ben, les enfants qui sont confiés aux taverniers, d’où croyez vous qu’ils viennent ? lança Le Chien errant.

Alors vous avez des enfants ? questionna Morgan.

Comment le saurions nous, dit Ness, c’est dans l’ordre du possible.

Il vous est donc interdit de fonder une famille ! s’exclama la jeune femme.

Pas du tout, le jour où on en aura assez des ballades on pourra se sédentariser à l’Ilot éthylique ou ailleurs. Alors il sera temps de fonder une famille et de cultiver deux ou trois arpents de terre. Mais rares sont ceux qui n’aiment pas bourlinguer et qui font d’assez vieux os pour s’installer à un endroit fixe. En tout cas pour le moment je préfère me marier plusieurs fois par mois et avec les arbres seuls pour témoins !

Sur un plan plus matériel, reprit Benjamin.

Alors c’est l’heure de l’interrogatoire ! s’exclama Le Chien, quoi sur un plan plus matériel ?

Comment faîtes vous pour faire marcher une société sans recours à l’argent ?

Eh bien c’est très simple, expliqua Le Chien errant, nous n’avons pas de portefeuille mais chacun d’entre nous est capable de chasser deux trois trucs et de les troquer par la suite. Mais la chose principale dans nôtre système de troc, c’est le respect qu’on vous porte.

Le respect qu’on vous porte ! s’enquit Benjamin. Quel rapport avec le commerce ?

Çà peut vous paraître étrange, mais dans nôtre culture, si vous êtes connu comme un escroc ou un sale type, alors personne n’accordera la moindre valeur à ce que vous possédez et quoi que vous demandiez on ne vous accordera rien. En revanche si vous avez sût gagner le respect de chacun par vôtre courage, vôtre sens de l’honneur, vôtre capacité à vous placer au dessus de toutes les situations par la force de vôtre caractère. Si même vôtre vie n’a aucun poids dans vos décisions. Alors aucun service ne vous sera jamais refusé.

Oui, intervînt Bill, d’ailleurs l’homme à la peau de lion qui vous ouvre le chemin mettrait en jeu sa vie sur une partie de poker comme vous jetteriez un simple jeton sur le tapis. Pour nous, risquer nos vies est la seule façon de vivre. C’est la seule chose qui nous fait monter l’adrénaline. Par exemple c’est pour çà qu’on vous accompagne, juste pour s’amuser. Et puis çà va nous faire des choses à raconter quand on reviendra à une taverne, sans compter qu’on prendra peut-être quelques peaux sur le trajet de retour.

A-propos, dit Morgan, si vous troquez les fourrures avec les taverniers, eux, qu’en font-ils ?

Eh bien, commença Ness, les taverniers les échanges avec des contrebandiers venus de la ville. Ainsi le produit de nôtre chasse alimente vôtre marché de la fourrure, du cuir. N’avez-vous jamais porté une fourrure ou utilisé des accessoires en croco. C’est de chez nous que çà provient. Il y à des campements spécialisés dans le crocodile tous le long de l’Amazone. En échange les taverniers obtiennent des vêtements, des armes et de l’alcool d’une qualité supérieure à ce que nous bricolons ici. Plus des médicaments et des drogues dures. Sans oubliez des nourritures raffinées, des objets manufacturés et des livres.

Des livres ! s’étonna Benjamin, et qu’en feraient-ils ?

N’oubliez pas que nos barmen sont chargés de l’éducation de nos enfants. Ils doivent leur faire connaître des choses nouvelles. Plus tard ils doivent être en mesure de choisir entre rester chez nous, où aller épaissir les rangs de vos usines protoniques. Je ne vous cache pas que jamais aucun, à ma connaissance, n’a préféré cette deuxième solution. Alors ils doivent aussi avoir à leur disposition des armes, des munitions et tout un attirail neuf pour le jour de leur départ en tant que chasseur. Les taverniers sont les personnes que nous respectons le plus, ils sont nos pères et les pères de nos enfants. C’est pour cette raison que ne peuvent devenir patron de taverne que les gens respectés par l’ensemble de la communauté. Vous pigez ?

Je voudrais aussi savoir, demanda Benjamin, est-ce que vous êtes déjà entré dans une ville ?

Assez de questions, dit Ness d’un ton tranchant, maintenant tait-toi et fait gaffe où tu met les pieds, citadin ! Le Lièvre, tu prends la tête ?

Ok, clébard galeux ! Remise ta machette ! »

Bill prit alors la tête du petit groupe et le quatuor continua sa progression. Pas à pas la végétation se faisait plus touffue. Elle resserrait ses griffes autour d’eux. Voyant l’état de fatigue de leurs invités, Bill annonça qu’ils feraient une première pause quelques kilomètres plus loin.


VIII : Mi-juillet 2186, quelques jours plus tard


Ils avaient quitté l’Ilot éthylique depuis trois jours déjà, marchant sous la protection des fusils de Bill et de Ness et dormant d’un sommeil protégé par les relais de gardes des deux baroudeurs. Aucun animal dangereux n’avait encore croisé leur route. Ce matin là, Bill venait de prendre la tête du groupe quand il arrêta d’un geste la marche de la procession. Ils se trouvaient à l’orée d’une large clairière. L’endroit abritait en son centre un campement humain. Sans même tourner la tête, le Lièvre s’adressa à Ness qui était en queue de peloton.

« Tu vois çà vieux clébard ? On a bien avancé, on est en vue de l’Ilot Saint-Antoine ! annonça-il avant de se retourner vers Benjamin. C’est un Ilot qui borde l’Amazone et qui est spécialisé dans le croco. Vous voyez ce toit de couleur jaune qui s’élève au dessus des autres ? C’est la taverne de la « Rivière alcoolisée ! », elle est tenue par Louis La Dent en or, il a le meilleur poisson que vous puissiez trouvez dans toute cette partie du monde. Allons lui demander du silure à la tequila, j’en ai l’eau à la bouche ! Le Lièvre avait à peine esquissé un premier pas vers le petit port quand Le Chien errant le mis en garde.

Planques-toi si tu veux pas te faire casser la pipe ! Le Lièvre comprit en un instant la raison de cet avertissement quand il aperçut toute une horde d’humains, à demi nus et armés de piques de bois, qui se dirigeaient lentement vers les constructions de l’Ilot.

Un groupe de guerriers Anteros, des hommes revenus à l’état sauvage. C’est inquiétant, ils ne se seraient jamais approchés si près du campement s’ils n’avaient pas l’intention de l’attaquer. Nous devons prévenir Louis La Dent en or, il organisera la défense du camp. Suivez moi ! »

lança Le Lièvre qui fume la pipe avant d’attraper par la main Benjamin, qui était juste derrière lui, et de courir à grandes enjambées vers l’Ilot Saint-Antoine. Morgan entreprit de s’élancer à leur suite mais Ness l’en empêcha en la retenant fermement par le bras. Quelques secondes plus tard les deux hommes arrivaient à hauteur des premières habitations, Benjamin s’écroula avec une lance dans le ventre, Bill tira plusieurs coup de fusils puis s’effondra à son tour, terrassé par une volé de flèches.

« Les Anteros attaquent toujours les Ilots au pas de course, ainsi ils profitent de l’effet de surprise, expliqua Le Chien errant. Si ces guerriers se dirigeaient vers le camp si calmement c’est parce qu’ils s’en étaient déjà rendu maître. Les Anteros sont certainement entrain de boire toutes les réserves de la taverne et de manger tous ce qui leur passe sous la main, y compris les cadavres. Ces sauvages sont cannibales ! Tous les habitants de l’Ilot sont morts à l’heure qu’il est, en voulant leur venir en aide Bill a fait une grossière erreur.

Comme Morgan restait immobile, bouche bée, Ness ajouta :

pleurez vôtre ami si vous voulez, mais ne hurlez pas c’est tout ce que je vous demande, nous serions repérés et traqués. Allez, venez donc, ajouta t-il en tournant les talons, nous allons contourner l’Ilot et longer le fleuve jusqu’à la cabane d’Yvan Le Fou, Alors nous lui empreinterons une embarcation qui nous fera gagner un peu de temps. Et nous permettra de nous éloigner d’ici. »

Ness s’était déjà éloigné de quelques pas quand Morgan revînt à sa hauteur :

« Qui est cet Yvan Le Fou ? demanda t-elle.

Le seul type assez dingue pour vivre à l’écart de tout campement, un chasseur de reptiles. C’était un ami de Bill, il nous laissera certainement une de ses barcasses pour quelques jours. »

IX : Mi-juillet 2186, quelques minutes plus tard

Après une vingtaine de minutes de marche ils arrivèrent devant la paillote dudit Yvan Le Fou. Apparemment celui-ci n’était pas si cinglé que çà, il vivait effectivement en pleine jungle mais il avait construit sa cabane sur pilotis, à l’abri des bêtes sauvages. Ness appela à plusieurs reprise le presque ermite, puis se décida à grimpé à la corde qui pendait près d’eux, c’était le seul accès au pont suspendu menant à la porte de la masure. Une fois arrivé à destination, Le Chien errant jeta un bref coup d’oeil dans la baraque, puis la déclara vide et invita Morgan Cléopâtre à le rejoindre dans son belvédère dominant le domaine des crocodiles. Sur le balcon de la cabane étaient disposées plusieurs cannes à pêches ainsi que des réserves d’alcool et d’eau potable. Ness chargea un sac de quelques provisions et remplit une citerne d’eau tandis que Morgan se reposait sur la couche du propriétaire absent. Une fois qu’il eut ajouté aux vivres une réserve de cartouches, Ness se mit en devoir de laisser un mot pour expliquer la disparition de ces quelques marchandises. Quand il eut fini, Ness remit l’encrier là où il l’avait trouvé et laissa le parchemin en évidence sur la table, puis il annonça à Morgan qu’ils reprenaient la route. Alors que Le Chien errant se chargeait des vivres et de son fusil, Morgan lut les quelques mots que son guide avait gribouillés. Ladite lettre se composait ainsi :

« Yvan, si tu lis ceci c’est que tu n’était pas à la taverne de l’Ilot Saint-Antoine lors de l’assaut des Anteros, je te fais donc part de cette attaque ainsi que de la mort de nôtre compagnon : Bill Le Lièvre qui fume la pipe. Lui et moi avions une mission à accomplir et je compte bien la mener à bien malgré tout, aussi me suis-je permis de piocher dans tes réserves et de t’empreinter une embarcation. DiogèNess Le Chien errant. »

La jeune femme relut plusieurs fois cette signature :

« DiogèNess », mais on l’appela du dehors :

Le Chien errant avait rejoint la terre ferme et l’attendait impatiemment au bas de la corde. Elle le rejoignit rapidement. Plusieurs barques étaient amarrées à des pilotis sous la cabane d’Yvan Le Fou. Ness en choisi une de taille moyenne et y disposa le nécessaire. Des caïmans reposaient au soleil à bonne distance d’eux et observaient leur appareillage d’un œil tranquille. Quelques minutes plus tard ils descendaient sur les eaux calmes de l’Amazone. X : Mi-juillet 2186, plusieurs coups d’avirons plus tard L’esquif suivait le rythme tranquille de l’Amazone, Le Chien avait souqué jusqu’à mettre la barque dans le vif de l’eau, puis il avait délaissé les rames pour se concentré sur la gouverne. Après l’agitation de ces dernières heures Morgan n’était pas mécontente de retrouver un peu de calme, de plus cette embarcation glissant sur le fleuve était le lieu idéal pour entamer une conversation avec son garde du corps.

« Ness ? Je voulais vous demandez.

Quoi ?

Eh bien voilà : à la fin du mot que vous avez laissez à Yvan Le Fou, je n’ai put m’empêcher de remarquer que vous aviez signé : « DiogèNess Le Chien errant ». D’où ce nom vous vient-il ?

Dans nôtre monde forestier, commença Ness, ce sont vos fréquentations de taverne qui vous nommes tout au long de vôtre vie, et cela en fonction du personnage que vous représentez pour eux. Par exemple nous appelions Bill « Le Lièvre qui fume la pipe » en référence à un motif traditionnel des anciens Indiens d’Amérique du nord. Ils avaient coutumes de représenter en conflit une panthère et un lièvre fumant une pipe. La panthère se rapprochait à pas feutrés du lièvre pour l’attaquer. Mais l’autre se savait plus malin qu’elle, il n’en avait pas peur et il fumait paisiblement sa pipe. C’est sa propension à garder son calme et à présenter les choses calmement qui avait valu à Bill ce surnom. Mais il semblerait que le lièvre ait fini par relâcher sa vigilance, et la panthère a profité de ce moment pour le dévorer.

Puisqu’on parle de Bill, savez vous ce qui m’a choquer ? interrogea Morgan.

Non, admit Ness.

Vôtre absence de réaction devant sa mort.

Vous savez chacun d’entre nous est destiné à mourir, d’autre part je suis convaincu que Bill aurait préféré mourir lors d’une expédition telle que celle-ci plutôt que dans un hamac. Et puis, continua Le Chien errant, il avait prit les mêmes risques que nous depuis le début ; mais il a commis une erreur tout à l’heure, il en est mort. C’est çà la jungle, demoiselle ! Mais et vous ? Vôtre réaction devant la mort de vôtre fiancé ne ma pas parue particulièrement démonstrative. Alors, ce Benjamin, vous l’aimiez ou quoi ?

Vous savez, commença Morgan ce sont nos parents qui avaient décidés cette union. Il est vrai que Benjamin était un bon parti. Et puis de toute façon je ne crois pas à l’amour. Mais vous ne m’avez pas encore répondu : vôtre nom ?

Moi j’espère que le grand amour existe et j’aimerais le trouver un jour. Quant à mon nom, et le vôtre ? renvoya Ness. « Morgan Cléopâtre », cela ne me parait pas être particulièrement courant. D’où le tenez vous ?

Mon père a toujours eut l’habitude de dire que j’étais sa petite princesse, alors le fait de m’appeler Cléopâtre lui paraissait évident. Et puis c’est vrai que je suis princesse d’Europe. Quant à Morgan, c’est le prénom que toutes les femmes de ma lignée ont porté, une tradition familiale en quelque sorte.

Ok, dit Ness, le nom de DiogèNess me vient de mon grand-père. C’est lui qui m’a élevé. Ma mère est morte en me mettant au monde. Quant à mon courageux, géniteur il l’avait quittée dès qu’il l’avait sut enceinte. J’étais nourrisson quand le gouvernement a décrété l’obligation de venir travailler en ville, comme ouvrier. Mon grand-père a été de ceux qui n’on pas suivit la loi. Il était asthmatique et la pollution de vos villes lui était déconseillée

Il existe des masques protégeant le nez et la bouche pour les ouvriers ayant ce genre de problèmes. Intervînt Morgan.

Vous savez mon grand-père n’était pas le genre d’homme qu’on enferme, même pas dans un masque. Et puis il ne souhaitait pas avoir à m’envoyer au travail dès mes huit ans. Il est devenu patron de taverne et il m’a élevé en compagnie des premiers enfants qui lui ont étés confiés. C’était vraiment un type bien. Il a beaucoup participé à l’établissement de nôtre société. Nous avons apprit de nombreuses choses avec lui, il disait que vos villes et vos usines détruisaient les hommes et en faisaient des esclaves. En refusant l’urbanisation il voulait renverser le lien social qui l’unissait à la société protonique. C’est pour çà qu’il m’a appelé DiogeNess, en référence à un philosophe cynique grec, pour que je n’oublie jamais de me méfier des liens que tisse vôtre société. Çà fait des années qu’il est mort maintenant. Depuis j’ai réalisé que nôtre système de la jungle a fait de nous des esclaves de l’alcool. C’est pour çà que j’espère en l’Amour, il me permettrait enfin de n’être plus un esclave mais un homme, un homme vivant et libre. Ness marqua une pause, puis poursuivit. Quant à ce surnom : « Le Chien errant », je le dois à ma façon de bourlinguer sans but, pour tuer le temps et voir du pays. L’aventure pour l’aventure. Et puis : « Chien errant » çà se marie plutôt bien avec l’idée d’un cynique citoyen du monde. Non ? Enfin quoi qu’il en soit nous parlerons plus tard, accrochez-vous, voilà des rapides. »

Le rythme du courant s’accélérait en effet. Malgré les efforts de Ness pour la maintenir à allure modérée, l’embarcation prit beaucoup de vitesse à l’approche des rapides. La distance qui les séparait du péril se raccourcissait de secondes en secondes tandis que l’angoisse de Morgan se faisait insoutenable. Il serait vraiment idiot d’avoir survécu à un crash aérien, d’avoir bravé les dangers de la jungle, et de finir noyé.

XI : Mi-juillet 2186, le soir du même jour

« Nous allons accoster. Nous avons fait assez de chemin comme çà sur cette foutue flotte. Il se fait tard et nous allons passer la nuit sur la terre ferme. Demain matin nous reprendrons la marche. Et si tout va bien nous aurons rejoint les faubourgs New-Janeiro avant le couché du soleil. » telles furent les paroles que prononça Ness avant de pencher le gouvernail à bâbord, les rapprochant ainsi de la berge de l’Amazone. Quelques instants avant que l’astre du jour ne disparaisse à l’horizon ils avaient abordé le rivage. Ness demanda à sa collaboratrice de rassembler du bois, en vue d’un feu qui les protègerait des bêtes sauvages pendant la nuit. Quant à lui, profitant de l’occasion, il s’assura de l’absence de crocodiles à cet endroit du fleuve, suspendit son manteau de lion, déposa son fusil au bord de l’eau et s’offrit une courte baignade « décrassante ». La journée de navigation s’était plutôt bien passée, en dehors des courants rapides qu’ils avaient eut à affronter pendant la matinée et qui avaient bien faillit leur coûter leur sac de provisions. Aux alentours de midi ils avaient prit tranquillement leur repas sur la barque empruntée à Yvan Le Fou. Maintenant, il faisait presque nuit et ils s’apprêtaient à dîner paisiblement auprès du feu. Quand ils eurent démarré le feu et qu’ils se furent rassasiés, Ness composa deux paillasses avec des fougères, puis il s’adressa à sa compagne :

« D’ici peu il fera nuit noire. Alors vous, vous allez prendre le premier tour de garde, tout ce que vous avez à faire c’est d’entretenir le foyer et d’ouvrir l’œil.

Mais et vous ? interrogea Morgan. Qu’est-ce que vous allez faire ?

Moi ! s’exclama Le Chien errant en s’étendant sur son bouquet de fougères. Je vais pioncer, pardi ! Je prendrais vôtre relève vers minuit. Vous me réveillerez quand la Lune passera derrière cette grosse branche, vous voyez juste au-dessus de vous » ajoutât-il en désignant la ramure en question.

Ness attrapa le sac de vivres et s’en fit un oreiller. Il y posa sa tête et ferma les yeux. Il s’endormit quasi-instantanément. Le regard de Morgan Cléopâtre allait du feu à la Lune et de la Lune au visage enfantin de Ness assoupit. En fin de compte Le Chien errant n’était pas un si mauvais cabot qu’il y paraissait. Bien sûr c’était un personnage très difficile à cerner. Mais elle savait bien que Ness n’était pas seulement un chien bâtard et grossier, il y avait quelque chose de noble dans son attitude. Evidemment Morgan ne le voyait pas comme un chevalier volant au secours d’une demoiselle en détresse, quoique. Mais elle avait comprit le sens profondément romantique de ses aventures sans but, son besoin de se sentir vivre en bravant la mort. Ness luttait au quotidien contre la société moderne. S’il était près à risquer sa vie ainsi chaque jour c’était pour montrer qu’un autre monde est possible. Pour prouver que les hommes ne sont pas condamnés à dépérir sous l’exploitation de leurs semblables, que la nature n’a pas imposé à l’espèce humaine de se suicider à petit feu. Le Chien errant était en fait un cynique romantique qui croyait en l’Homme en tant qu’Homme, mais non pas en tant qu’esclave de lui-même. Un type bien, près à mourir pour ses convictions. Elle savait qu’il méritait son respect, il avait en plus obtenu son admiration. Cependant, elle, elle n’avait jamais crut en l’Homme, pas plus qu’en l’amour. Mais ce soir, peut-être commençait-elle à croire en l’amour. Morgan jeta un œil sur la position de la Lune. Elle avait à peine effectué le quart de sa veille. Durant ce temps les flammes s’étaient faites plus discrètes et les ombres plus mystérieuses. Morgan scruta de nouveau la Lune, l’astre paraissait avoir stoppé sa circonvolution. Dieu que le temps semble long quand on a rien d’autre à faire que de le regarder passer.

XII : Mi-juillet 2186, le lendemain bien avant l’aube

« Oui ! Oui Carmina, murmurait Morgan. Oui je me lève ! » Elle se demandait vraiment ce qu’il pouvait y avoir de si urgent pour que sa surveillante aille jusqu’à lui secouer le pied afin qu’elle se réveille. Mais elle se refusait à ouvrir les yeux, il lui semblait n’avoir pas dormi depuis si longtemps ! Elle décida qu’elle flemmarderait toute la journée dans son lit… Pourtant devant la persistance et l’ampleur des harcèlements que subissaient sa jambe Morgan se résolu à lever les paupières et jeta un coup d’œil autour d’elle. Elle n’était pas dans son lit, mais adossée contre un arbre de la forêt tropicale. Au clair de Lune elle s’aperçut que ce qui lui taquinait les orteils n’était pas la surveillante employée par son père, mais plutôt un bâton. Au bout de ce bâton se trouvait Ness, il murmurait des phrases que ses oreilles ensablée de sommeil ne percevaient pas. D’un mouvement brusque de la jambe elle fit comprendre à Ness qu’elle ne voulait plus qu’on la lui tripote, puis elle concentra enfin son attention sur les paroles du Chien errant :

« Alors, chuchotait-il, quand vous ne ronflez pas, vous filez des coup de pied dans l’air, vous devriez savoir que c’est le genre de truc qui énervent les panthères.

Panthère !?! s’exclama l’autre en un sursaut dissonant.

Ouai ! Silence bordel ! » intima Ness.

Morgan était paralysée. Elle décela des mouvements à sa gauche. Le fauve avait une robe sombre qui se fondait dans la nuit. Calmement, silencieusement la bête se rapprochait d’elle, sa proie, et vînt bientôt la recouvrir. L’espacement était tel que la jeune femme pouvait sentir le souffle de l’animal sur son visage. Les yeux du fauve scintillaient dans la nuit, ajoutant au pâle reflet de Lune une touche émeraude.

« Occupez-la encore quelques secondes le temps que j’attrape mon flingue, sollicita Le Chien errant profitant de ce que la bête lui tournait le dos. Je pense, poursuivit-il en mettant en joue la panthère, que vous saisissez l’intérêt de ne pas s’assoupir lorsqu’on à un feu à entretenir. »

Il pressa deux fois la détente, le fauve s’effondra, écrasant Morgan de sa masse. Ness rechargea son arme puis vînt dégager la citadine de dessous la dépouille de l’animal sauvage. Morgan était encore sous le choc de ces détonations si proches, de cette rencontre trop intime avec le danger et la mort. Les tremblements du corps de la jeune femme, sa respiration saccadée, conduirent Ness à réanimer les cendres en un feu qui palliait à la fraîcheur nocturne. Il la couvrit ensuite de son manteau, et pour finir la prit dans ses bras. Morgan posa sa tête contre l’épaule du Chien errant, elle tremblait moins déjà et retrouvait peu à peu son souffle. Elle se sentait en sécurité, le contact de Ness la rassurait et la réchauffait.

« Ce n’est pas grave pour le feu, lui dit-il, j’aurait dût assurer moi-même la première veille et te laisser te reposer. Ce fut plus galant. Mais faut dire que c’est pas une qualité évidente chez les baroudeurs…

J’ai beaucoup d’admiration pour vous, vous savez…

D’admiration… répéta Ness. Vraiment ?

Oui, si idiot que ça paraisse j’ai appris de nombreuses choses ici, certainement plus qu’à l’école. Et c’est à vous que j’en dois le plus.

Voyons, qu’est-ce que j’aurais pu t’apprendre ?

Eh bien, tout bonnement la vie, expliqua Morgan, les rapports paradoxaux entre sa fragilité, sa simplicité, et la complexité de son équilibre. J’ai vu ici des gens bannir de leur existence les liens sociaux et se moquer du regard des autres, pour se concentrer sur leur bonheur seul.

Tu sais Morgan, bien peu de baroudeurs peuvent se vanter d’être heureux. Et certainement pas moi, précisa Le Chien errant.

Je sais, chuchota la jeune femme, il te manque l’amour. Mais grâce à toi, maintenant, je comprends l’amour, je… le connais… » hésita-t-elle avant de se coller à lui de toute ses forces.

Mais Ness l’écarta de lui et ménagea un espace d’une dizaine de centimètres entre leurs deux visages. Puis, délicatement, il passa une main dans ses cheveux, une autre sur sa hanche. Ses yeux étaient perdus dans le noir de ceux de Morgan, il les referma. Tendrement, leurs lèvres se joignirent, ainsi que leur corps, en une profonde étreinte, en de troublantes caresses… Cette nuit était la leur, aucune panthère jamais n’aurait osé s’approcher d’un brasier tel que celui engendré par leur passion… Cette petite clairière du bout du monde était devenu le lieu suprême de l’amour, comme si tous les anges de volupté y avaient élu domicile…

XIII : Mi-juillet 2186, le même jour, le long de la journée

Ce matin là ils s’éveillèrent encore enlacés. Le premier repas de la journée ils le passèrent l’un contre l’autre. Ils ne se désunirent pas avant le moment de se remettre en route. Dans la fin de l’après-midi il était en vue des remparts de New-Janeiro. La porte sud, immense et grise, se tenait là devant eux. Les remparts étaient bordés d’une vaste bande de terre déboisée, peuplée, çà et là, de rares brins d’herbe jaunes et secs. Quant à eux ils étaient toujours à l’orée de la forêt. Quelques centaines de mètres à peine les séparaient du béton armé de la mégalopole. Au dessus de la voûte imposante de la porte, une horloge digitale indiquait la date du 19 juillet 2186, 17 heures et 47 minutes. Un peu comme si un immigrant éventuel devait déjà se presser d’aller au turbin.

« De retour à la civilisation, princesse. Le temps est venu de nous quitter, annonça Ness.

Si tu le dit, tu peux venir avec moi tu sais, proposa Morgan Cléopâtre. Mon père t’anoblira pour te remercier de ce que tu a fais pour moi, tu fera parti de l’élite…

Mais je fais déjà parti de l’élite, coupa Le Chien errant, et puis vos villes très peu pour moi !

Je me doutais que tu dirais çà,  admit la jeune femme. Alors nos routes se séparent ici ? C’est ce que tu veux ?

Oui, dit simplement Ness.

Çà ne représente rien ce qu’il y a eu entre nous ? demanda Morgan. C’était juste un mariage avec un tronc d’arbre pour pasteur ?

Non, çà représente quelque chose, mais tu es une princesse, expliqua le baroudeur, tu vas retrouver ta vie, ton monde, dans lequel je n’ai pas ma place. Alors à quoi bon compliquer les choses ?

Bien. Je comprends. Adieu Ness » laissa échapper Morgan avant de piquer un baisé sur les lèvres de son compagnon, puis de s’éloigner lentement en direction de la porte rugueuse. Elle avait parcouru la moitié du chemin quand un cri, un appel, presque une plainte, s’échappa de la bouche du Chien errant : « Je t’aime, Morgan ! »…

~ ~ ~

Epilogue :


fin juillet 2186

Ness poussa la porte et entra. Les habitués délaissèrent leurs cartes et le saluèrent en levant leur verre à sa santé, il leur rendit leur salut d’un sourire un peu forcé puis se dirigea vers le comptoir. Jack Le Hollandais s’approcha de lui et devina sa soif d’alcool fort, très fort. Il lui servit donc un verre de ce qu’il gardait de plus épicé dans sa cave.

« Voila pour toi, Le Chien, de l’alcool de Palomito, j’ai pas plus fort dans ma réserve. J’espère qu’après çà tu nous raconteras cette dernière ballade… Et Le Lièvre qui fume la pipe, il est plus avec toi ?

Le Lièvre n’en reviendra pas, Jack, répondit Ness, avant de vider son verre d’une gorgée et d’en demander un second.

De toute façon, dit Le Hollandais, il avait toujours sut qu’il finirait dans la jungle.

Ouai, reprit Le Chien errant, ce qui est triste c’est qu’il a entraîné avec lui le type qu’on accompagnait. Les Anteros !

Merde ! Et la fille t’a put la livrée ?

−Non.


−Elle a servit de repas à ces sauvages elle aussi ?

Pas vraiment, expliqua Ness, elle est chez moi, elle regarde comment elle va arranger ma cabane.

Est-ce que çà veut dire que tu t’installes avec elle !?! s’exclama le patron.

Je crois bien que c’est çà... J’y comprends rien, c’est comme dans un rêve.

Amoureux ? interrogea Le Hollandais.

Oui. » répondit simplement Ness.

Toutes les femmes qu’il avait connues étaient rudes, sans féminité. Ses rapports avec Morgan étaient tendres et harmonieux à la fois. Il savait qu’il aimait cette femme de tout son cœur, mais il se demandait si cet attachement, aussi fort soit-il, suffirait pour faire de lui un bon mari… un bon père ? Le Hollandais lui servit un troisième verre et se retourna vers la salle :
« Allez les gars, venez par ici ! J’offre une tournée : Le Chien errant s’est laissé mettre en laisse ! »

FIN Le 14 novembre 2004, 2 h 48

Ecrit par magnes, a 03:44 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 14 commentaires)


Mardi (19/10/04)
A toi mon frère
A toi mon Frere

Je dédies ce poeme à mon frère, décédé le 12 janvier 1996
A l'age de 49 ans


Tu étais si jeune quand ton meilleur ami
A fermé ses yeux dans tes bras
Sa tête venait de cogner ici-bas
En un instant sa vie venait de se terminer
Que de larmes tu as versé ce jour-là

Celui que tu considérais comme ton frère
Tu n'as pas pu l'oublier durant toute ta vie
Ensuite tu as grandi, Tu tes mariés, Tu as divorcé
Le cœur brisé tu l'as eu toi aussi
Par rapport à moi, tu n'as pas pu résister

Un soir, tu as décidé de choisir le chemin de ta vie
Ce chemin ou personne n'en revient
Celui que j'ai failli prendre aussi
A cause d'un amour raté qui m'a quitté
Tout comme toi, je l'aimais

Aujourd'hui encore je me demande
Ou as-tu pu te l’as procurer
Qui as bien pu te l’as donné
Cette arme qui t’a tué
Et que tu as trouvé


Ce coup qui a du retentir dans la nuit
Je ne l'ai pas entendu
Ce geste que tu as choisi de faire ce soir-là
Personne ne l'a compris
Alors rien ne sert de m'en vouloir

Malgré mes larmes qui coulent
Quand je pense à toi
De n'avoir pu t'empêcher de partir là bas
De n'avoir pu t'arrêter de tirer sur toi
Je m'en veux de n'avoir pas été là

A toi mon frère que je n'ai plus
A toi mon frère qui ne m'entends plus
A toi mon frère que je ne verrais plus
Et qui me manque bien souvent
Les soirs ou j’ai le cafard.

Tu as souffert pour ton meilleur ami
Je veux bien le croire
Souffrir pour une femme comme tu l'as fais
Je ne lui pardonnerais jamais
Depuis mon cœur est meurtis

J'aimerais tant que tu sois là
j'aimerais tant que tu sois prés de moi
J'aimerais tant te revoir
J'aimerais tant te retrouver
Mais le miracle n'existe pas

Je revois toujours ce coussin
Avec la dernière chose que tu as laissé
dessus.
Comme un tableau signé de ta main
Cette arme qu'ils ont trouvé prés de ton lit
Encore chaude de lui avoir permis de te tuer

Mourir d'amour comme tu l'as fais
Mourir tout seul comme tu l'as choisis
Mourir pour elle car tu l'aimais
Choisir ta vie à en mourir
Mourir d'amour pour une fille.

Aujourd'hui c'est moi qui verse des larmes
Pour n'avoir pas pu t'empêcher de partir là
Ou j'ai failli te rejoindre moi aussi
A cause d'un Amour brisé
A toi mon frère que je n'ai plu

A toi mon frère qui ne m'entends plus
A toi mon frère que je ne verrais plus
Ce poème que je viens d'écrire
Sera pour moi un SOS
Criant ma colère que j'ai au fond de moi

FIACHETTI * GILIBERTI * Hélène
Ecrit le 07 Juin 2002 et mis à jour le 8 Juin 2002
Ecrit par coeurdepoeme, a 20:03 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 8 commentaires)


Mardi (15/06/04)
Douce Larme Souriante...

 

Ses nuits sont troublées, brouillées, agitées, perturbées…

Cet homme si pur perd pied dans la peur, la solitude…

Mais il n’est pas tout seul, ô non, beaucoup pensent à lui…

Une personne si douce, si formidable…

Mais la vie va lui sourire, à lui, debout, contemplant la fenêtre tant lumineuse de sa chambre, il sourit, son cœur se remplit d’une joie délicate, il sait qu’il passera une  journée ensoleillée…

Tout est fait pour lui réussir, tout, mais Dieu, jaloux, n’a pas voulut lui laissait tout acquérir d’un seul et même trait, il lui à laisser, en échange : L’attente… La patience.

Bientôt il rencontrera le bonheur d’aimer, et d’être aimé, mais d’un Amour fort, qui déplacera les montagnes, ses douleurs, et feront de ses pleurs des larmes souriantes…

Bientôt ! Sois patient homme si fort, homme qui mérite tout ! Sois patient !

Se dressant d’un bon certain il se dirige vers son avenir, la journée s’annonce merveilleuse vue  son sourire…

Le cœur remplit de douceur, de gaieté et de Béatitude il va vers son futur…

 

    "Je l'ai fait rapidement, et comme toi tu offres tes dessins, moi j'offre mes récits... Bises à toi."

 

Ecrit par Une grande enfant, a 01:21 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 11 commentaires)


Mercredi (26/05/04)
Malika
Quand est-ce que la solitude a envahit mon coeur?
Je ne m'en rappelle pas, je sais seulement que depuis je vis sans vraiment vivre.
A travers mes éclats de rire, apprends à lire mes larmes refoulées
A travers mes longs silences, apprends à comprendre ma solitude
A travers mon apparente joie d evivre, apprends à voir mon envie de mourir
Respecte mon envie d'être seule quand je vais mal pour pouvoir pleurer sans que personne ne le voit Respecte ma vie car personne ne devrait souffrir comme moi
Respecte moi car j'endure trop de souffrance
J'attends la nuit avec impatience car c'est la nuit que je vis.
J'aime regarder la lune,
elle semble si paisible;
elle appaise les douleurs de mon coeur,
elle appaise mon âme,
elle vide ma tête de tous mes problèmes.
Je me sens libre la nuit.
Mais tout à une fin, et quand le jour revient,
il ramène ces douleurs interieurs qui me poursuivent comme une longue plainte.
Petit à petit, je m'enfonc ede plus en plus dans ma depression.
Je n en vois plus le fond ni le commencement de ma chute.
Je suis une âme en detresse qui manque de tendresse
Dans ce monde, j'ai peur.
Peur de tout et de rien, peur de moi.
Mon état empire chaque jour un peu plus et j'ai peur.
Peur de decevoir le sgens qui m'aiment et qui tiennent a moi car je n'ai plus envie de me battre.
J'ai baissé les bras.
Je suis fatiguée, épuisée de lutter contre la déprime, le noir, ma solitude.
Je n'en peux plus, je veux que tout s'arrête. Je veux mettre fin à mes souffrances.
Ecrit par Malika, a 21:41 dans la rubrique "Votre rubrique".
Lire l'article ! (suite de l'article + 4 commentaires)